Encensant les opportunités qu’offre la RDC : Londres, Matata lance un appel aux investisseurs

matata_ponyo_mapon_cabinet

En séjour dans la Capitale Britannique, dans le cadre du Sommet mondial sur l’investissement en Afrique, le Premier ministre Matata Ponyo a appelé les investisseurs à venir investir en RDC. Cet appel a été lancé hier, mercredi 2 décembre 2015, à l’occasion du panel présidentiel organisé au Central Hall Westminster à Londres où il a pris la parole. «Investir dans les générations futures : bâtir un futur durable pour l’Afrique» était le thème principal de ce Panel.

Invité de marque à ce sommet mondial sur l’investissement en Afrique, le Premier ministre congolais a expliqué aux investisseurs pourquoi il faut investir en RDC. Matata a démontré que la RDC est une terre aux multiples potentialités et opportunités d’investissement dont les infrastructures de base sont en pleine réhabilitation et modernisation sur l’ensemble du pays. Il a rassuré que des réformes courageuses ont été prises. Aujourd’hui, a-t-il souligné, l’économie congolaise est florissante et prometteuse.

Environnement des affaires de plus en plus attractif

Cette importante intervention du Chef du Gouvernement avait pour finalité de remettre les choses dans leur contexte, et surtout d’effacer la vieille image de la RDC, longtemps perçue comme un pays des conflits récurrents et sans infrastructures à même d’attirer les investissements.

Sur les trois dernières années, a expliqué le Chef du Gouvernement Congolais, les flux des investissements directs étrangers, IDE, se sont élevés à 2 milliards USD chaque année, faisant de la RDC l’une des destinations privilégiées d’Afrique, deuxième seulement après l’Afrique du Sud. Son économie connait un taux de croissance positive (sur la base du PIB) de 8,5% et 9,2% en 2013 et 2014, respectivement. A fin 2015, la croissance économique est estimée à 7,7%, un taux au-dessus de la moyenne africaine qui oscille autour de 5%. La RDC a donc de quoi faire valoir ses atouts en termes de la prospérité d’affaires. En plus, grâce au Président de la République, Joseph Kabila Kabange, le pays dispose aujourd’hui d’un leadership fort, à même de faciliter une nouvelle forme de business gagnant-gagnant.

Concernant le climat des affaires, il a souligné que grâce leadership fort du Président de la République, la RDC évolue dans un environnement des affaires de plus en plus attractif et compétitif.

Multiples opportunités

Devant le parterre d’investisseurs, le PM Matata a vanté les multiples opportunités qu’offre la RDC tant sur le plan des ressources minières, agricole qu’énergétique.

Concernant les ressources minières, il a relevé que la RDC est un « scandale géologique » en raison de l’existence en son sous-sol de métaux rares et précieux. « A ce jour, seulement 30% des concessions minières ont été attribuées à des investisseurs pour la recherche et/ou l’exploitation », a-t-il précisé.

Quant au potentiel agricole, le Chef du Gouvernement a indiqué que le pays dispose de vastes étendues de terres arables et fertiles (80 millions d’hectares), de grandes réserves d’eau douce, d’une importante pluviométrie, et de soleil permettant de réaliser plusieurs récoltes en une année.

S’agissant du potentiel énergétique, il a informé les investisseurs que la RDC dispose d’un potentiel en énergie hydraulique, évalué à environ 106.000 Mw, soit 37% du potentiel total africain et près de 6% du potentiel mondial.

Outre ces multiples opportunités qu’offre le pays, le Premier ministre Matata a souligné que la RDC s’est lancée dans une vaste phase d’amélioration de ses infrastructures. Dans le programme de réunification du pays par voies routières, le gouvernement, sous la houlette du président, a entrepris des travaux de grande envergure. Ainsi, les routes praticables ont été portées de 4.500 km en 2006 à près de 21.000 km en 2014. Le désenclavement des provinces, des villes et des entités a été porté de 13 % en 2006 à 45 % en 2014, l’asphaltage par an de 28 km dans les années 1960 et 1970 à 80 km en 2014.

Dans le domaine de transports, le gouvernement a procédé au lancement de la nouvelle compagnie aérienne nationale, Congo Airways. La Société nationale de chemin de fer du Congo (SNCC) a été dotée de 38 locomotives neuves dont 18 de la Banque mondiale et 20 du gouvernement congolais.

Des réformes courageuses

Toutes ces avancées ne seront pas possibles si des réformes courageuses n’étaient pas prises. Depuis 2001, le pays s’est engagé à mettre en œuvre des réformes des régies pour une mobilisation accrue des recettes internes qui ont permis de passer de 0,3 % du PIB en 2000 à 14,4% en 2014. La bancarisation de la paie des fonctionnaires et corps militaires lancée en 2011, la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics. En 2011, le nombre de cas de révocations des cadres des régies financières. La gestion des ressources naturelles : publication de tous les contrats miniers & des ressources fiscales mobilisées – RDC pays conforme ITIE en 2014. En ce qui concerne le climat des affaires, la RDC se trouve dans le top 10 des pays les plus réformateurs au Doing Business 2015.

Dans le volet économique, la RDC affiche aujourd’hui une économie florissante et prometteuse grâce des politiques budgétaires et monétaires prudentes menées, soutenues et mises en place par le gouvernement. Il est une évidence que la RDC fait montre d’une remarquable résilience de son économie nationale aux chocs exogènes. La reprise de la croissance, la stabilisation du cadre macroéconomique et l’amélioration du taux d’investissement d’une stabilité macroéconomique et financière, sont autant des évidences indéniables.

Amélioration du climat des affaires

Interdiction de nationalisation et d’expropriation, liberté de transfert des revenus générés, la mise en place d’un Guichet Unique de Création d’Entreprise (délai de création : 3 jours), libéralisation du secteur des assurances et de l’électricité, mise en place de Tribunaux de commerce et de Tribunaux du travail, la mise en place des mécanismes de sécurisation des investissements par l’adhésion de la RDC à la MIGA (Agence multilatérale de garantie des investissements), à l’ACA (Agence Africaine d’Assurance) en vue d’obtenir la réduction des risques des affaires et les coûts, à l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation des Affaires en Afrique), sont des réformes mise en œuvre par le gouvernement pour améliorer le climat des affaires et attirer ainsi les investissements directs au pays.

Matata Ponyo a aussi précisé que la RDC est membre du Centre international de règlement des différends sur les investissements, basé à Washington City.

Plus de 1 000 investisseurs ainsi que plusieurs personnalités du monde politique et économique ont pris part à ce sommet.

Il sied de rappeler que c’est le lundi 30 novembre que le Premier ministre était arrivé à Londres. Le mardi 1er décembre 2015, Matata Ponyo a reçu, en audience, l’un des plus grands operateurs miniers du monde. Disposant d’importants gisements miniers en Zambie, M. Anil Agarwal a promis d’investir au pays de Joseph Kabila dont les signaux économiques sont au vert.

Source:http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/encensant-les-opportunites-quoffre-la-rdc-londres-matata-lance-un-appel-aux-investisseurs