RDC : le projet de budget 2016 est réaliste, affirme Matata Ponyo

Matata Ponyo Mapon, premier ministre de la RDC le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, lors de la présentation du programme de son gouvernement à l’Assemblée nationale. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Matata Ponyo Mapon, premier ministre de la RDC  au Palais du peuple à Kinshasa

Le projet de budget 2016 est réaliste, a justifié le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, lundi 26 octobre, lors de la présentation et la défense du budget de l’Etat à l’Assemblée nationale.

Il a indiqué que le budget 2016 est équilibré en dépenses comme en recettes à 8 437,4 milliards de FC (9 121 011 021 USD) contre 8 496,3 milliards de FC en 2015 (9 184 794 315 USD). Soit une baisse de 63 783 294 USD.

La principale cause de cette régression est la baisse des cours des matières premières dont la RDC est productrice et exportatrice, à en croire Matata Ponyo.

Le prix de la tonne métrique du cuivre, par exemple, est passé de 7 000 USD à 5 000 USD, a fait savoir le Premier ministre, ajoutant que le baril du pétrole se vend actuellement à 47 USD contre 110 au début de l’année en cours.

« L’impact de cette baisse drastique des cours mondiaux sur les ressources de l’Etat est considérable. A titre d’illustration, au cours du troisième trimestre de l’année en cours, la société minière KCC a annoncé l’arrêt de sa production durant 18 mois. Cette société produisait environ 15% du total de la production du secteur minier. Cela priverait au gouvernement près de 200 milliards de Francs congolais (216 214 555 USD) au cours de l’exercice prochain », a expliqué Matata Ponyo.

Pour le Premier ministre, ce projet de budget est réaliste, étant donné qu’il s’élabore dans un environnement international plutôt difficile caractérisé par la baisse du prix des matières premières importantes et des préparatifs des élections et du découpage territorial.

80,4% de ce budget seront mobilisés localement et 19,6% d’apports extérieurs.

Le gouvernement a retenu 6 axes prioritaires pour le budget 2016, dont la finalisation des réformes institutionnelles pour 33,3%. Celle-ci prendra en charge entre autres l’organisation des élections et la mise en place des nouvelles provinces.

Au sujet du financement des élections, Matata Ponyo a souligné qu’il est prévu des ressources suffisantes, soit 537,8 milliards de FC (580 536 081 USD).

Les autres axes prioritaires sont la consolidation du cadre macroéconomique, l’accélération de la croissance, la création d’emplois pour 29%, le renforcement du capital humain, l’initiation à la nouvelle citoyenneté pour 0,7%, a-t-il ajouté.

Le projet de loi des finances 2016 envisage également des mesures fiscales et parafiscales rigoureuses pour lutter contre la fraude douanière, l’évasion fiscale et la corruption qui sont aussi à la base du coulage des recettes publiques.

Afin d’éviter prochainement les régressions budgétaires suite aux baisses des cours des matières premières, le Premier ministre a assuré que le gouvernement mène une série de politique sectorielle « en procédant à une transformation progressive d’une économie de rente actuelle vers une économie productive ».

Cette transformation va cibler la diversification des secteurs de production, dont les secteurs agricoles, énergétiques, manufacturés et financiers.

Matata Ponyo a proposé que des efforts soient conjugués pour la maitrise des coûts et le respect des procédures de passation des marchés.
Source: http://www.radiookapi.net/2015/10/26/actualite/economie/rdc-le-projet-de-budget-2016-est-realiste-affirme-matata-ponyo